real-estate-tag-line

Cher ami

Du haut de ta respectable position sociale; fier de ton titre, ton patronyme et de tes veines; bardé de tes nombreux diplômes et distinctions; paré de tes nombreuses décorations et enivré par toutes les déférences à ton égard; transporté par les tourbillons du pouvoir, Tu te gonfles d’orgueil, te bombes la poitrine, tes allures sont pleines de suffisance, tes propos remplis d’arrogance et tes manières sont teintées de condescendance.

Pourtant, tu étais dans le néant, inexistant, jusqu’à ce que le Grand Architecte te positionnât dans une goute de sperme, ce liquide visqueux et répugnant. Après quelques mois dans les entrailles d’une princesse, tu vis le jour, faible, fragile, et inconscient. De cet instant et pendant toute ta vie, ton ventre sera rempli d’excréments et ta vessie, d’urine, tous aussi répugnants que le sperme de ta conception.

Malgré ta Science et ton Savoir, Tu n’es pas le Maître absolu du temps, des événements et de ton destin.
Quand les forces de la nature (le vent, le feu, l’eau) se décident, elles détruisent tout sur leur passage, y compris les biens auxquels tu es le plus attaché!
En dépit de toutes tes précautions, tu restes exposé à la maladie, à la chaleur et au froid.
Devant l’immensité de la création, tu ne représentes pas grand-chose en réalité.

Quelques soient tes titres, ton statut, ton rang, ton sang et tes grades, prends l’avion et tu verras ton impuissance.
En effet, avec cette machine volante en forme de tube, fruit de ton intelligence et de ton audace, tu traverses l’espace, les kilomètres et les continents en un temps record. Mais dès que la machine décolle du sol, ta pauvre vie ne tient qu’à l’état de 2 ou 4 réacteurs et la lucidité d’une, deux, trois ou quatre personnes assises dans un cockpit.
Arrivé en zone de turbulence, tu es très effrayé et tu te mets à réciter (hypocritement, inconsciemment, mécaniquement ou sincèrement) des prières.
À cet instant précis, tu te rends compte que tu n’es rien, que tu ne vaux rien et que ta minable vie ne tient à rien!

Quand tu rentres au bloc opératoire pour une intervention nécessitant une anesthésie générale, tu te rends compte également de ton impuissance. À cet moment précis, tu n’es maître de rien malgré ton pouvoir et ton arrogance.
Des personnes que tu ne connais même pas et qui en temps normal ne peuvent t’approcher, te mettent en tenue d’Adam et deviennent les maîtres de ton corps et de ta vie….

Le jour de ta mort, tu redeviens inconscient et impuissant comme à l’origine. Soit on t’inhume, soit on t’incinère, ou on t’abandonne aux charognards; dans tous les cas, tu n’aura aucun pouvoir quelque soit l’homme de pouvoir que tu fus.
Ton corps qui t’était si cher de ton vivant, si précieux, si convoité, si admiré, devient une laideur dont il faut se débarrasser…..

Tout est vanité en réalité! Ce qui rehausse notre humanité n’est rien d’autre que Notre HUMILITÉ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 days ago

Jean Marc Henry

Love doesnt make the world go round. Love is what makes the ride worthwhile.

The way to love anything is to realize that it might be lost.

The best and most beautiful things in the world cannot be seen or even touched. They must be felt with the heart.

You know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams.

Tis better to have loved and lost, than never to have loved at all.
... See MoreSee Less

View on Facebook

1 week ago

Jean Marc Henry

La medida del amor es amar sin medida.

El amor que se alimenta de regalos siempre está hambriento.

A batallas de amor, campos de plumas.

El amor semeja un árbol: se inclina por su propio peso, arraiga profundamente en todo nuestro ser y a veces sigue verdeciendo en las ruinas de un corazón.

Entre lo que existe y lo que no existe, el espacio es el amor.

El amor es como la salsa mayonesa: cuando se corta, hay que tirarlo y empezar otro nuevo.
Con la moral corregimos los errores de nuestros instintos y con el amor corregimos los errores de nuestra moral.

El amor, como ciego que es, impide a los amantes ver las divertidas tonterías que cometen.

El grande amor, medroso, desconfía; el pequeño, con tino, es atrevido.

No hagas nada por retener a la mujer que se va ni al pájaro que vuela; deja que el destino se cumpla.

El amor lleva en sí su propia plenitud. L’amour porte en lui sa propre plénitude.

Amar es despojarse de los nombres.

¡El verdadero amante en toda parte ama y siempre se acuerda del amado!

El verdadero amor no es el que perdona nuestros defectos, sino el que no los conoce.

El amor es invisible y entra y sale por donde quiere, sin que nadie le pida cuenta de sus hechos.

El amor es el único tesoro que no se saca con pico y pala.

Amar a alguien para hacerlo distinto significa asesinarle.

Hacer el amor entre dos enamorados no hace falta poque el amor entre ellos ya esta hecho.

El amor nace de un flechazo; la amistad del intercambio frecuente y prolongado.

Siempre que haya un hueco en tu vida, llénalo con amor.

¿Sufre más aquél que espera siempre que aquél que nunca esperó a nadie?

A menudo los labios más urgentes no tienen prisa dos besos después.

Es tan corto el amor y es tan largo el olvido.

No puede ser bueno aquél que nunca ha amado.

El mayor obstáculo para el amor es el temor secreto de no ser dignos de ser amados.

El amor abre todas las puertas; el rencor las cierra.

El amor más fuerte y más puro no es el que sube desde la impresión, sino el que desciende desde la admiración.
... See MoreSee Less

View on Facebook