real-estate-tag-line

Monsieur le président, il est temps de partir

Monsieur le président, il est temps de partir …

Vous ne serez plus président de la République, il faut savoir partir avec honneur quand le peuple vous le demande. Je pense que même, vu la façon dont vous avez conduit notre pays dans cette crise sans précédent, le fauteuil de la démocratie à vie ne vous reviendra pas.

M. le Président, que des fonctionnaires de la République française frappent, gazent, caillassent, briment, humilient des adolescents, des retraites, des handicapés, des jeunes femmes et des jeunes hommes dans la détresse et le dénuement, cela est inconcevable dans le pays des droits et des libertés.
Ces actes de votre garde prétorienne, soit vous les ­connaissiez et vous êtes indigne de votre fonction  ; soit vous les ignoriez et vous êtes indigne de votre fonction. Les Français constateront ce que vous commettez en leur nom et ce que vous allez laisser dans l’histoire un président a la solde d’une élite.
Quand un policier, individuellement, ­dépasse les bornes, on appelle cela une bavure. Quand des brigades entières, groupées, dépassent les bornes, on ­appelle cela un protocole. Vous avez ­instauré en France, Monsieur le Président, un protocole de la bavure envers le peuple Français.

Faites, Monsieur le Président, avant que l’avenir n’ait honte de vous, Mettez un terme à l’ignominie. La décision est difficile à prendre ? On ne vous demande pas tant d’être courageux, que de cesser d’être arrogant avec le peuple.

Votre politique ne fait pas que trahir nos valeurs, elle les insulte. Les mesures d’une rébellion sont toujours populaires. Mais voulant faire plaisir à vous-même et a une élite, vous trahissez le peuple.

Monsieur le président, rien ne peut résister à un peuple qui a décidé de se libérer de ses chaînes, le peuple est souvent docile et veule. On peut le comprendre ! Il n’est pas aisé d’être un héros, de risquer sa vie et celle de ses proches. Mais à force de misère, à force de souffrances, à force d’inhumanité, les peuples se lèvent et deviennent courageux.

Alors monsieur le président, franchement, il est grand temps de partir si vous voulez que la France reste un symbole de démocratie…

“ Nous en sommes là et le salut ne viendra pas d’un homme providentiel, mais ne peut venir que du Peuple Français qui devra se lever et faire entendre sa voix.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *