real-estate-tag-line

QUAND LES FORCES DE L’ORDRE SE REGARDENT DANS UN MIROIR

QUAND LES FORCES DE L’ORDRE SE REGARDENT DANS UN MIROIR

Cher hommes et femmes des Forces de l’Ordre, vous frappez votre peuple ! D’autres hommes et femmes comme vous, jeunes comme vieux….

 Sans distinction, vous matraquez, gazez, verbalisez, arrêtez. Le pire est que certains d’entre vous semblent y prendre un malin plaisir, voir même une jouissance profonde.

L’impunité et l’aval total des gouvernements vous donne des ailes et vos coups sont portés sans retenue aucune.

De ce fait, permettez-moi de me poser certaines questions. 

  • Quand on vous a recruté, on vous a lobotomisé ? 
  • Vous n’avez donc pas d’enfant, de fille ou de fils pour qui vous tremblez quand vous voyez l’avenir que ces gouvernements nous préparent ? 
  • Vous n’avez pas de mères, de frères ou de parents qui pourraient être celui sur lequel vous vous acharnez ?  
  • Avez-vous perdu toute trace d’humanité au point d’être les matraqueurs de vos concitoyens ?

Je me demande si votre conscience vous parle encore. Si l’on en juge vos agissements, cette petite voix qui jailli du fond de votre être vous dit donc d’obéir à des gouvernements corrompus,  menteurs et DICTATEURS…. 

Car oui , au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, nous glissons de jours en jours vers une dictature totale.

Vous êtes donc le bras armé de tous ces politiciens tortionnaires qui vous laissent faire le sale boulot, mater le peuple, le faire taire, le rendre docile.

SOIT. Mais vous avez oublié quelque chose. Vous ETES le peuple. Vous êtes aussi insignifiants aux yeux de nos élites que ceux contre qui vous croyez vous battre. Aujourd’hui vous êtes CRS, GENDARMES… mais demain ?

Un souci de santé ou un changement de vie et vous n’êtes plus rien. Vos donneurs d’ordres deviendront vite amnésiques et ne se rappelleront même plus que vous avez servi leurs petits intérêts égoïstes.

Et ne me dites surtout pas que vous n’avez pas le choix ! Cette excuse est sans valeur et souvenez-vous qu’au nom de l’obéissance aveugle et silencieuse, des millions de gens sont morts. L’injustice et l’absurde ne se taisent pas…Ils se dénoncent haut et fort et se combattent.

Vous avez au début de votre carrière prêté serment, juré sur l’honneur, signé un pacte, peu importe, mais rien là-dedans ne vous oblige à agir contre l’intérêt d’un peuple démocratique, d’agir contre les droits essentiels de l’homme. 

Ne croyez surtout pas que nous allons rester sans réagir et subir sans rien dire. Maintenant, libre à vous de continuer ainsi. Mais gardez à l’esprit que la violence engendre la violence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 days ago

Jean Marc Henry

"Les médias et le tourbillon de la manipulation"

C’est une évidence presque parfaite : Il existe entre les médias et la politique un rapport étroit. Assurément, la vie politique ne peut être animée sans des opinions publiques dont la presse est l’instrument quasi incontournable. On peut, dès lors, comprendre l’immensité du pouvoir de la presse, son influence. Si l’on attribue à la presse le pouvoir de faire et de défaire, c’est bien parce qu’elle demeure encore aujourd’hui ce solide intermédiaire, ce puissant canal par lequel les citoyens ont accès aux dirigeants politiques. C’est aussi par cette même voie que ceux-ci peuvent communiquer aux peuples, leurs pensées, leurs sentiments et autres aspirations.

En effet, n’est-ce pas à travers les médias que les hommes politiques de tous bords engagent des opérations de séduction en direction des électeurs, avec une publicité ou diverses formes de communications efficaces à travers des slogans accrocheurs. Ou encore sous le prisme d’images valorisantes. Ainsi les hommes politiques sont bien conscients du pouvoir des médias. Ceux qui, parmi eux, l’ont compris, bien compris, en profite avec intelligence et tact et s’en sorte avec des résultats probants, quand ceux qui l’ont mal assimilé son importance y perdent de nombreuses plumes…

Mais, il ne s’agit pas seulement de comprendre l’intérêt et la nécessité qu’il y a à utiliser les médias pour atteindre sa cible, passer ses messages. Au-delà, beaucoup d’hommes politiques ont saisi la praticité du contrôle de la presse, pour mieux s’en servir et en abuser. Et sûrement, le meilleur moyen d’y arriver c’est de manipuler la presse. Faire donc écrire ou dire à la presse ce que l’on voudrait que les citoyens entendent et admettent comme vérité qui leur est favorable ; prêchant le faux pour avoir le vrai et vice versa.
Naturellement, en Afrique, ce type d’hommes politiques est bien informé du talon d’Achille des médias : situation de précarité, chiffres d’affaires peu enviable, environnement instable…

La presse dans beaucoup de pays africain manque cruellement de moyens. Les chiffres d’affaires sont en baisse, le personnel mal rémunéré, en somme l’économie des médias présente des signaux rouge. Le sachant, des hommes politiques font toutes sortes de propositions indécentes aux promoteurs des médias dont beaucoup cèdent à ces tentations immondes. Là peut donc commencer l’influence et le contrôle de ces hommes politiques sur les médias à travers leurs moyens, parfois colossaux mis en jeu. Autre aspect non négligeable, des hommes politiques sont nombreux aujourd’hui à investir dans les médias. Ils ont simplement créé des organes de presse dont ils ont l’entier contrôle et peuvent donc manipuler à satiété la plume de « leurs » journalistes.

La manipulation des médias est encore plus visible en Afrique surtout dans les médias d’Etat ou de partis politiques qui peuvent alors véhiculer n’importe quel message.

Dans cette grisaille, heureusement qu’il existe (il se compte au bout des doigts) les organes de presse qui travaillent avec objectivité quoique les obstacles à dompter sont énormes. La presse est certes un pouvoir puissant et constructif, mais qui manipulée ou contrôlée fausse les calculs d’une bonne démocratie, même si elle favorise la pluralité et la diversité d’opinion
... See MoreSee Less

View on Facebook

2 days ago

Jean Marc Henry

Le courage c’est de juger que quelque chose est plus important que la peur.

Les sentiments produisent le courage actif, et la philosophie le courage passif.

Sois fidèle dans les petites choses parce que c’est en elles que ta force réside.

Comment serait votre vie si vous n’aviez pas le courage de tenter des choses ?
... See MoreSee Less

View on Facebook